1 Nikotaur

Chapeau Introductif Dissertation

 

méthodologie

LA DISSERTATION D’HISTOIRE

Les sujets de dissertation ne sont presque jamais des questions de cours. Il s’agit de sujets transversaux qui mobilisent des connaissances acquises au cours de nombreuses séances ou chapitres de manuels.

CONSEILS PRELIMINAIRES

  • Lire et relire le sujet en analysant chacun des termes (TOUS les termes).
  • Ne pas hésiter à y revenir au moment où la recherche des idées est achevée pour s’assurer qu’on ne s’est pas engagé sur une fausse piste, qu’on n’a pas commis de contresens, qu’on n’a pas réduit ou étendu à l’excès les limites du sujet.
  • Se poser les questions : QUAND ? OU ? QUI ? POURQUOI ? COMMENT ?
  • Procéder à la recherche d’idées, de thèmes, de notations, d’analyses, d’éléments du développement, d’exemples précis. Ne pas chercher à ordonner ce qui passe par la tête. Ne pas tout rédiger au brouillon, de peur d’oublier ce que signifie une notation allusive sur une feuille de papier.
  • Sur le brouillon ne doit figurer qu’un plan assez détaillé : pas de phrases rédigées entièrement, car c’est une perte de temps inutile. En revanche, il est conseillé de rédiger l’introduction au brouillon, de même que la conclusion.

LA PROBLEMATIQUE

La problématique est la question qui fait du sujet un problème à résoudre et du devoir une démonstration.

Un devoir sans problématique est une exposition de faits sans logique.

La problématique découle logiquement de l’intitulé du sujet et de la définition que vous en avez faite. Quels thèmes, quels axes de réflexion le sujet permet-il de soulever ? Quelle est l’idée-force, c’est-à-dire la problématique, autour de laquelle les thèmes peuvent s’organiser ?

De votre problématique dépend le plan du devoir qui constitue votre cheminement intellectuel pour parvenir à répondre à votre problématique (chose que vous faites impérativement en conclusion).

Il faut poser la problématique de préférence sous la forme d’une question.


LE PLAN


La construction du plan est un moment décisif de l’épreuve. Le choix d’un bon plan préjuge de la clarté et de la rigueur de la réflexion, en même temps qu’il conditionne la facilité de la rédaction à venir. Se garder de croire que le libellé du sujet, s’il est en plusieurs termes, suggère nécessairement un plan : Aspects et manifestations du totalitarisme hitlérien, ne peut pas être traité en deux parties : 1- Aspects ; 2- Manifestations.

Tous les sujets de dissertation offrent plusieurs possibilités de plan. Deux grandes catégories : plans thématiques, plan chronologiques. Dans certains cas, l’une des deux solutions s’impose manifestement ; dans d’autres, les deux sont possibles. On peut parfois combiner les deux types de plan : parties chronologiques et sous-parties thématiques ou inversement.

Cependant ne pas mélanger des parties chronologiques et des parties thématiques. Toutes les parties doivent être chronologiques ou toutes les parties sont thématiques.

Plan thématique : C’est le plan le plus courant, celui qui épouse le mieux les problématiques historiques. Il s’ordonne soit autour d’un thème que l’on décline, soit autour de deux ou trois thèmes que l’on compare.

Plan chronologique : c’est un plan délicat qui oblige parfois à des contorsions, mais qui s’adapte parfaitement à certains types de sujets. Ce plan ne doit pas jamais se limiter, pour autant, à une énumération de dates ou d’événements. Comme tout plan, il doit s’ordonner autour d’une problématique pertinente. Le choix des césures chronologiques doit épouser les axes de la problématique. On veillera également au bon équilibre dans le découpage du temps.

Il n’est pas nécessaire de se hâter pour rédiger et bien respecter le temps imparti aux étapes préliminaires. Votre copie ne sera jamais appréciée au poids, mais pour l’effort de synthèse et de clarté, pour le respect de la méthode de la dissertation.


L'INTRODUCTION


Il faut savoir que le jugement du correcteur est déjà avancé à la seule lecture de l’introduction du devoir. De fait, il est vrai que la qualité de l’introduction préfigure souvent la bonne maîtrise d’un sujet. Il est souhaitable de commencer par une phrase particulièrement brillante ou suggestive qui accrochera l’attention du lecteur

Il ne doit pas y avoir de remplissage inutile dans une introduction. Elle ne doit en aucun cas être une simple liste de considérations générales, théoriques ou concrètes, vaguement reliées au sujet. L’introduction doit obligatoirement comprendre, dans l’ordre :

  • une définition des termes du sujet ;
  • une délimitation spatiale et chronologique du sujet ;
  • la formation d’une problématique à partir du sujet tel qu’on l’a défini ;
  • annonce très claire des grandes parties du plan (d’abord, ensuite, enfin).

 


LA PRESENTATION DU DEVOIR


Il faut toujours présenter la copie de telle manière que les différentes parties ou sous-parties soient aisément repérables. Mais évitez les signes graphiques tels que « * », « - »,... Les mouvements de votre pensée ne doivent s’exprimer que par la rédaction.

Chaque partie peut commencer par un chapeau. Il joue en quelque sorte le rôle d’introduction pour chaque partie. Il est surtout destiné à en annoncer le plan ; c'est-à-dire qu’il donne de nouveaux points de repère, plus précis, au lecteur. Ne confondez par le chapeau avec un résumé préliminaire, lequel ferait perdre tout intérêt à la lecture des développements qui lui succèdent.

Il faut aussi soigner les transitions d’une partie à l’autre. Les différentes parties du devoir doivent être clairement reliées et il ne faut donc pas rédiger les phrases de transition.

A chaque paragraphe, un exemple. Quelques exemples bien analysés valent mieux qu’une multitude de références allusives. Il faut donc donner des exemples en nombre raisonnable, bien choisis et surtout analysés précisément.

LA CONCLUSION

La conclusion est sans doute moins essentielle que l’introduction. De taille nettement moindre, elle est aussi normalement beaucoup plus facile à rédiger. Elle n’en reste pas moins indispensable.

On peut la commencer par un « ainsi donc » (mieux que « en conclusion » ou « pour conclure ». On cherchera d’abord à élaborer la phrase finale qui devra être brillante, spirituelle, personnelle ou mieux encore profonde :

- récapitulation, bilan, synthèse ;
- élargissement de la problématique, changement de point de vue.


LA GESTION DU TEMPS

Il n’est pas recommandé de quitter l’examen avant la fin de l’heure programmée, même si l’on estime que l’on ne va pas réussir. À titre indicatif, on peut donner le timing suivant :

lecture et compréhension du sujet : 10 mn
mise à plat des idées, des faits et des exemples : 15 mn
choix de la problématique + plan détaillé : 30 mn
rédaction * 1 heure 55 mn :
15 mn pour l’introduction
35 mn par partie (si trois parties)
10 mn pour la conclusion
Relecture : 10 mn

 

Credit Photo : Unsplash Thought Catalog

Qu'est-ce que la dissertation juridique ? Il s'agit d'un exercice relativement complexe en vertu duquel vous devez, à l'issue d'un travail de réflexion et de recherche, problématiser le sujet qui vous a été proposé afin d'y répondre, et ce, selon un formalisme précis, ce formalisme particulier étant extrêmement important pour cet exercice. Nous y reviendrons ci-après.



Le travail préparatoire : le brouillon un indispensable

Avant toute chose, veuillez noter que le brouillon pour cet exercice, plus qu'un simple outil, est véritablement indispensable en vue d'une réussite optimale. En effet, une fois le sujet de votre dissertation connu, il vous faudra trouver et comprendre la signification de celui-ci et de comprendre ce que le correcteur attend de vous. Utilisez votre brouillon pour réfléchir à toutes les facettes et notions de droit auxquelles le sujet fait référence. Vous diminuez ainsi les chances d'en oublier.

Pour ce faire, s'il s'agit d'un TD à préparer, vous pourrez utiliser tous les outils à votre disposition à savoir les codes, les revues, les manuels et autres sources d'information que vous pourrez trouver comme votre cours où les sites juridiques. À l'inverse pendant les examens, généralement, vous ne disposerez que de votre code et il sera donc important d'avoir de nombreuses connaissances afin de les mobiliser.

Une fois que vous aurez bien compris le sujet, il faut que vous pensiez à le délimiter. Ainsi, c'est à ce moment-là que vous laisserez de côté tout ce qui ne fait pas partie du sujet pour ne traiter que ce qui en relève. Pour cela, il est conseillé d'écrire sur votre brouillon les règles juridiques qui sont relatives aux notions que vous voulez envisager dans votre démonstration. Ensuite, une fois que vous aurez fait cela, vous devrez, toujours au brouillon, organiser les grandes idées de votre devoir, les différentes notions évoquées par exemple. Il convient ensuite de les regrouper par thèmes. Dès lors, si vous constatez que, finalement, certaines des notions auxquelles vous aviez pensé au début ne rentrent pas dans le cadre du sujet, il faudra alors les écarter. Il pourrait être opportun de mentionner cela dans votre introduction et d'expliquer brièvement pourquoi vous les écartez. Cela ne sera qu'une valeur ajoutée à votre composition et donc tirera votre note vers le haut.

Une fois tout cela fait, il ne vous reste plus qu'à identifier le plan que vous allez construire. Pour cela, et même s'il s'agit d'un sujet que vous avez étudié en cours, il ne faut pas hésiter à établir un plan différent, plus original, que celui vu en cours ou trouvé dans un manuel. En effet, le critère de l'élaboration du plan et de son « originalité » est le critère sur lequel on juge la valeur d'un candidat. Ne poussez cependant pas ce souci d'originalité hors des limites du raisonnable.

Toujours au brouillon, il convient de préparer les grandes lignes de votre introduction ainsi que, une fois votre plan déterminé, d'écrire en quelques phrases (par exemple sous forme de tirets) les grandes lignes dont vous souhaitez parler dans chaque partie de votre plan. Certains conseils spécifiques peuvent être apportés ici.

La conception du corps de la dissertation et l'élaboration du plan

La dissertation juridique est toujours conçue de la même façon, à savoir en trois parties :

- Une introduction.
- Une première grande partie.
- Une seconde grande partie.

Ces trois parties doivent être globalement équivalentes et, généralement, on considère que chaque partie doit représenter 1/3 de la copie.

Et qu'en est-il de la conclusion... ?

Si la conclusion était indispensable dans les dissertations au lycée, concernant la dissertation juridique la conclusion n'est pas obligatoire. En effet, si elle peut avoir son charme pour certains correcteurs, généralement les professeurs sont très hostiles à la conclusion puisqu'ils considèrent avoir parfaitement compris votre démonstration et ils n'ont pas besoin d'une conclusion récapitulant et vulgarisant le contenu de celle-ci. Il conviendra donc de s'abstenir de leur faire cet affront. C'est pourquoi si vous décidez de faire une conclusion, il faut que cela ait un réel intérêt pour le sujet et non pas que vous vous contentiez de citer des choses que vous avez déjà dites.

Nous allons désormais revenir plus en détail sur l'introduction, puis sur le plan en lui même.

L'introduction

L'introduction est une partie qu'il ne faut surtout pas négliger, l'on peut même dire que c'est la partie la plus importante de votre devoir. En effet, il ne faut surtout pas que vous oubliiez que l'introduction est la première impression que vous donnerez à votre correcteur. Ainsi, une bonne première impression ne peut être que de bon augure pour la suite alors qu'une mauvaise première impression sera toujours plus difficile à rattraper. Votre introduction est la partie qui doit vous permettre de déterminer le sujet et de justifier votre axe de réflexion, c'est-à-dire de la façon dont vous allez traiter le sujet.

Généralement, pour décrire la façon dont l'introduction doit être construite, on utilise, à juste titre, l'image de l'entonnoir : l'on part des considérations générales et l'on va approfondir le sujet et la problématique. Il est très important de le répéter, mais surtout, n'oubliez pas de définir les termes du sujet dans votre introduction, c'est ce qui doit et va vous permettre de délimiter le champ exact de votre travail, c'est donc le meilleur moyen de vous éviter de faire un hors sujet.

Il convient de définir le plan de votre dissertation dans l'introduction. Cette dernière doit représenter un tiers de votre devoir et présenter un certain formalisme, une certaine succession d'idées :

- Une accroche : concernant cette accroche, il peut s'agir soit d'une citation, soit d'un adage ou encore d'une actualité juridique en rapport avec le sujet (c'est mieux s'il s'agit d'une actualité dont vous connaissez réellement la teneur).
- L'annonce du sujet : il s'agit là de reformuler votre sujet en mettant l'accent sur les termes essentiels dont vous donnerez ensuite la définition.
- Définition des termes du sujet : il convient donc de définir tous les termes de votre sujet. C'est ici que vous devrez limiter votre sujet et il s'agit de l'endroit idéal pour exclure tous les thèmes que vous n'aborderez pas dans vos développements.
- Les évolutions juridiques et historiques : le droit change constamment, veillez ainsi à mentionner les évolutions juridiques relatives à votre sujet ou alors de rappeler des dates importantes qui seront utiles à la compréhension du sujet.
- L'intérêt du sujet : quel est l'intérêt du sujet ? Quels sont ses éventuels enjeux politiques, économiques, juridiques ?
- La problématique : sous forme de question à laquelle vous répondrez dans votre travail. Il ne faut absolument pas perdre cela de vue lors de la rédaction de votre composition.
- L'annonce de plan : il s'agit là d'indiquer dans quel sens votre réflexion avancera.

L'élaboration du plan et son contenu

Le plan d'une dissertation est extrêmement important. En effet, c'est de la simple lecture de votre plan que l'on doit comprendre l'évolution de votre réflexion tout au long de votre démonstration. Ainsi, il convient donc, généralement, de partir des idées les plus générales pour ensuite aborder les idées les plus techniques.

. La forme :

Le plan d'une dissertation juridique se compose de deux parties (I et II), et de deux sous-parties (A et B), de chapeaux introductifs entre chaque partie et sous-partie. Attention, dans la dissertation juridique les titres (le plan) sont apparents.
Les titres ne comportent pas de verbes conjugués et évitez à tout prix les phrases coupées sur deux titres. Pourquoi ? Parce que chacune de vos parties doit correspondre à une idée au sens large. Il faut également noter que chacune de vos sous-parties doit elle-même être titrée. Vous présentez les sous-parties dans le chapeau introductif.

Concrètement et visuellement cela donne ceci dans votre copie :
I. Titre
Chapeau introductif.

A) Titre
- Contenu.

Transition pour passer du A) au B).

B)Titre
- Contenu.

Transition introduisant la deuxième grande partie.

II. Titre
Chapeau introductif.

A) Titre
- Contenu.

Transition pour passer du A) au B).

B) Titre
- Contenu.

Pour vous aider, sachez que si jamais vous avez réellement du mal dans l'élaboration de votre plan, il est possible d'utiliser des plans « passe-partout », mais il convient d'utiliser ces plans de secours avec modération puisqu'il s'agit de plans relativement simplistes qui peuvent globalement être utilisés pour tous les sujets et par conséquent les correcteurs les connaissent parfaitement.

À titre d'exemple de plans « passe-partout », nous pouvons citer :
- Conditions / effets.
- Conditions de fond / Conditions de forme.
- Conditions / régime.
- Fondement / portée.
- Principes / exceptions.
- Avantages / inconvénients.
- Oui /, Mais.
- Causes / conséquences.
Bien qu'il en existe de nombreux autres, ce sont les principaux.

Il est cependant possible de s'inspirer de ces plans « passe-partout » pour concevoir son propre plan. Toutefois, gardez en tête que les correcteurs apprécient les plans originaux qui démontre votre capacité à réfléchir.

. Le contenu :
Ici, il n'y a rien de particulier à ajouter, tout dépendra du sujet de votre dissertation et du contenu que vous souhaitez y mettre. En effet, le traitement d'un sujet de dissertation peut sensiblement varier d'une copie à l'autre sans pour autant que l'une des deux copies soit mauvaise, au contraire, les deux copies peuvent être très bonnes. Simplement, il convient de souligner deux éléments à titre de conseil :
- Il est primordial, dans l'élaboration de votre contenu, que vous utilisiez le classement des notions que vous avez fait au brouillon pour organiser votre devoir (cf ci-dessus).
- Gardez également à l'esprit que les informations les plus importantes de votre dissertation sont contenues dans les parties I)B) et II)A).

Il faut également ne pas perdre de vue que chacune de vos grandes parties doit représenter 1/3 du sujet. Chaque grande partie doit être de taille équivalente et être d'une taille similaire à l'introduction.

Une fois tout cela compris et fait, il ne reste plus qu'à passer à la rédaction de votre dissertation. À ce titre, il ne reste plus qu'à donner quelques conseils subsidiaires quant à la rédaction.

La rédaction

Concernant la rédaction, lors d'un examen de 3 heures (de type « partiel » de fin de semestre), il est généralement conseillé de consacrer la première heure au travail préliminaire (compréhension et détermination du sujet) et de consacrer les deux autres à la rédaction.

Dans votre rédaction, soyez clair et surtout faites preuve de rigueur. Pour y parvenir, choisissez les termes exacts. En effet, le langage juridique est un langage précis et en tant qu'étudiant en droit, vous vous devez de le connaître et donc d'utiliser les termes adéquats.

Même si cela peut vous paraître logique, efforcez-vous d'écrire lisiblement et en limitant les fautes d'orthographe. C'est pourquoi, avant de rendre votre copie n'hésitez pas à vous relire. Il est également nécessaire que votre plan saute aux yeux du lecteur. Pour ce faire, n'hésitez pas à souligner (et non surligner) vos titres.

Enfin, une copie aérée et non compacte est plus agréable à lire pour le correcteur et par conséquent, les sauts à la ligne sont de mise pour toute question nouvelle ou partie nouvelle.


Les articles suivants peuvent vous intéresser :

Le commentaire d'arrêt
Exemple de commentaire d'article : l'article 515-8 du Code civil sur le concubinage
Cas pratique corrigé : le mariage
Contrôle de constitutionnalité et contrôle de conventionnalité
Le Conseil constitutionnel : un rôle politique ou juridique ?

ABONNEZ-VOUS

Consultez tous nos documents en illimité !

à partir de 9.95 € sans engagement de durée

Voir les offres

Leave a Comment

(0 Comments)

Your email address will not be published. Required fields are marked *